Art de la guerre

L’art de convaincre est un art de la guerre


« Capacités militaires », « opérations », « culture générale militaire »… A l’Ecole de Guerre, les officiers-élèves suivent des modules d’une grande richesse afin qu’ils soient exactement préparés à leurs futures responsabilités. La formation à l’art de convaincre que je leur donne s’inscrit dans le module « développement personnel ».

La formation consiste d’abord à leur faire prendre conscience de l’importance de bien considérer les trois points de la communication: verbal, non-verbal et para-verbal. Tout au long de leur année de scolarité, les officiers-élèves sont régulièrement entraînés pour apprendre à bien les maîtriser.

L’accent est mis ensuite sur la communication verbale dans la mesure où l’art de convaincre, s’il procède effectivement du corps, relève en premier lieu de la maîtrise de la parole. Cela implique d’apprendre à ajuster sa parole aux circonstances. En effet, au même titre que les professionnels de la société civile, les militaires peuvent être tentés de recourir à un vocabulaire technique rendant hermétique le propos qu’ils tiennent. Il s’agit donc de les préparer à adopter un vocabulaire et une syntaxe plus simples pour une parole plus percutante.

Parmi les conseils que je donne aux officiers-élèves pour améliorer leur communication verbale, je leur recommande de diversifier leurs lectures afin d’ouvrir leur parole et leur pensée à d’infinies possibilités. Le Général de Gaulle le disait déjà: “La véritable école du Commandement est la culture générale. » Dans ce sens, la littérature française en général et la poésie en particulier sont des trésors trop souvent ignorés.

Enfin, j’invite également ces femmes et ces hommes d’exception à prendre pour devise : « l’art de convaincre est un art de la guerre » ; ils pourront ainsi reconsidérer les ouvrages de stratégie militaire qu’ils connaissent par coeur afin de les lire désormais de manière symbolique, au second degré.

Après tout, prendre la parole, n’est-ce pas cheminer dans le « brouillard de l’incertitude » dont parlait le stratège Clausewitz dans De la guerre? 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *