Laurent Obertone, La France Big Brother


bigbrother

Laurent Obertone, La France Big Brother, Editions Ring, 2015, Paris

Monopole des hommes d’influence et des fous, la paranoïa connaît depuis les attentats du 11 septembre 2001 un véritable sursaut démocratique. Les forums internet foisonnent de raisonnements inédits et d’hypothèses audacieuses. L’objectif? Que le peuple découvre la Vérité.

Sous le règne de Big Brother, rares sont les citoyens à encore être dupes de ce que leur racontent les médias traditionnels. Chaque jour, de nouvelles théories sont échafaudées par des communaux citoyens, soucieux que la vérité éclate au grand jour. Hélas, tout ce qui déroge au consensus est rangé dans la même définition: « théorie du complot ». C’est pour interroger cet élément de langage caractéristique de la novlangue que Laurent Obertone a écrit La France Big Brother. 

Big Brother is watching you

Dans l’ouvrage de Laurent Obertone, des émissaires de Big Brother prennent contact par voie épistolaire avec Mr Moyen, c’est-à-dire nous, pour lui expliquer, non sans duplicité, le monde dans lequel il vit. Mr Moyen découvre qu’il vit dans une société totalitaire, en de nombreux points comparable à celle que Georges Orwell a décrite dans la contre-utopie 1984.

Comme n’importe quel citoyen, Monsieur Moyen croyait être libre: il découvre qu’il est manipulé par une élite dont les objectifs millénaristes sont non seulement contraires à l’entendement le plus élémentaire mais aussi à tout idéal de société.

En France, la liberté d’expression a bien été confisquée; dans les médias traditionnels, seuls bénéficient du temps de parole les personnalités ayant l’autorisation de la prendre, sous la tutelle de la police de la pensée. Mr Moyen a donc bien du souci à se faire: il doit avoir une légitimité aux yeux de Big Brother pour que permission lui soit accordée de s’exprimer. Lorsqu’il adopte un point de vue différent sur un plateau de télévision, il n’est plus invité. En réalité, Big Brother musèle les dissidents: Il en a une peur panique.

Big brother, ou l’impossible désignation de l’ennemi

L’ironie de l’ouvrage de Laurent Obertone réside dans le destinataire, dont on se plaît à imaginer la réception de ces courriers incroyables. On se figure sa réaction d’abord indignée, sous le patronage philosophique de Stéphane Hessel. Que faire? Comment résister à ce système? Comment révéler au peuple la triste réalité?

Et puis, le doute s’installe: résister, bien sûr… mais contre qui? Qui est Big Brother? Comment désigner cet ennemi invisible? Big Brother n’est-il qu’un prétexte  paranoïaque pour soutenir n’importe quelle théorie farfelue?

Winston Smith, le personnage principal de 1984, résiste tant bien que mal à Big Brother… puis adopte finalement la « Houellebecq attitude ». Se soumettre, voilà la seule façon de répondre à son instinct de conservation. Au bout du compte, Monsieur Moyen prendra une sage décision.

Il aimera Big Brother.

David Jarousseau

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *