Eléments pour une réforme de l’Education nationale


rond_full

– Education nationale: l’état d’urgence –

Suite aux débordements occasionnés lors de la minute de silence par des jeunes issus de l’immigration s’est posée la question de la responsabilité de l’Education nationale. A-t-elle manqué à ses devoirs d’intégration? Le déterminisme social prévaut-il sur l’égalité des chances?

Depuis qu’il a décrété l’état d’urgence, le gouvernement socialiste cherche à endiguer le problème. Najat Vallaud-Belkacem a émis des propositions pour lutter contre le harcèlement et promouvoir la laïcité; trop timorées, elles ne peuvent emporter notre entière adhésion. Nous pensons qu’il en faut de plus fortes, parce qu’il est temps de construire un modèle scolaire sur des bases nouvelles, solides et patriotes.

D’autant qu’en plus des problèmes d’intégration, le dernier classement Pisa rend compte du déclassement de la France, qui chute en 25ème place des pays de l’OCDE. Les failles du système éducatif français sont pointées du doigt: les inégalités se creusent, le niveau en mathématiques se dégrade, l’illettrisme progresse, la violence et le harcèlement sont en recrudescence. Dans le même temps, le budget alloué à l’Education nationale ne cesse d’augmenter (88MDS d’euros prévus pour 2015).

L’égalité des chances, c’est pourtant la possibilité pour chaque français de saisir les opportunités quand elles se présentent: tel est le pacte républicain. Au vu des circonstances, il est urgent de réagir en formulant des propositions fortes pour engager des réformes et restaurer l’école de la République.

 – Nos propositions –

1 – Rétablir l’ordre républicain

  • Sacraliser l’école: présence d’un drapeau français dans chaque classe. Sanctionner sévèrement tout attitude antirépublicaine envers le drapeau.
  • Restaurer la conscience citoyenne: moderniser le cours d’éducation civique en intégrant une étude approfondie de l’actualité (presse papier, web). Organiser des débats filmés pour familiariser l’adolescent à l’expression argumentée de son opinion.
  • Restaurer l’autorité du maître: obliger l’adolescent à se lever quand la parole lui est accordée. Le contraindre à une formulation correcte sous peine de sanction (système de bonus/malus impactant la moyenne générale).
  • Former l’enseignant: créer un « DIF enseignant » pour développer ses compétences pédagogiques et didactiques (formation management, team building, PNL, coaching, etc.).

2 – Restaurer la langue française

  • Améliorer l’orthographe: rétablir l’épreuve de dictée jusqu’en terminale pour toutes les disciplines. Les textes dictés seront en relation avec la discipline concernée.
  • Stimuler l’expression orale: créer une compétition interclasses de speech and debate pour tous les lycéens. Rétablir la classe de rhétorique, rebaptisée « cours de communication »
  • Moderniser l’approche de la lecture: proposer l’étude de formats littéraires plus courts (des nouvelles plutôt que des romans) et d’articles de presses spécialisées.
  • Moderniser l’approche de l’écriture: former l’élève à microsoft word et au correcteur d’orthographe dès la classe de 4ème.

3 – Moderniser l’école républicaine

  • Ancrer le monde professionnel dans l’Education nationale: solliciter P.-D.G., cadres, salariés, personnels de la fonction publique, artisans, etc. à présenter leur métier et à promouvoir leur parcours éducatif comme constitutif de leur orientation.
  • Favoriser la transdisciplinarité et l’esprit d’équipe: instaurer un TPE annuel, du collège au lycée, pour solidariser les disciplines scolaires et créer des synergies.
  • Utiliser le cinéma pour comme support pédagogique: diffuser puis discuter films et reportages sur la recherche (matières scientifiques). Exploiter le phénomène des séries TV comme support didactique (littérature comparée, philosophie, histoire).
  • Recourir à l’enseignement numérique: promouvoir les modes de transmission innovants (MOOC).
  • Valoriser l’esprit de compétition interclasses: instaurer une classement interclasses à échelles régionale, départementale, nationale. Instaurer un système de crédits ou de points permettant aux bons élèves d’accéder à un enseignement avancé; aux moins bons de bénéficier de cours de soutien donnés par leurs enseignants.

David Jarousseau

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *