David Graeber, Dette 5000 ans d’Histoire


David Graeber explique 5000 ans d'histoire de la dette

David Graeber, Dette 5000 ans d’Histoire, Editions Les liens qui libèrent, Paris, 2013

L’énoncé selon lequel « il faut toujours payer ses dettes » est-il vrai ? A première vue, on ne saurait le remettre en question tant il semble être la garantie du pacte social. Mais, en philosophe, il devient possible de s’étonner des raisons qui conditionnent l’individu à se sentir redevable de quoi que ce soit à qui que ce soit.

C’est en procédant de ce raisonnement pour le moins audacieux que l’économiste David Graeber choisit d’envisager la dette. Après avoir déconstruit le mythe selon lequel le troc aurait précédé la monnaie, il explique pourquoi l’internationalisation des échanges commerciaux a conduit à préférer la monnaie à toute autre forme de transaction. Enfin, il montre que l’autorisation de l’emprunt avec intérêt ainsi que la création artificielle de monnaie, liées à la « démocratisation du désir », ont favorisé des périodes d’endettement généralisé.

Le capitalisme moderne apparaît selon l’auteur comme la forme aboutie du système de crédit et dont l’esclave moderne serait le salarié. En effet, le travailleur est contraint de se vendre, souvent pour rembourser un prêt accordé par sa banque. Or, la banque crée d’abord la monnaie à partir de rien, lui concède un prêt imaginaire et spécule ensuite sur son renflouement.

David Graeber considère ainsi le capitalisme en tant que  « système qui exalte le parieur comme aucun système ne l’a jamais fait », mais où seul gagne le détenteur de capitaux. Comment cela va-t-il finir ? En s’inspirant de ce qui s’est déjà fait dans l’Histoire lors de crise financières majeures, il imagine un « Jubilé » extraordinaire au cours duquel les créanciers, propriétaires des dettes planétaires, libèreraient les individus insolvables en « effaçant les tablettes ». En économiste prudent, il ne spécule pas pour autant sur cette douce hypothèse.

David Jarousseau

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *